Santé

Ces 6 réseaux sociaux 100% sont “made in Africa”

Si l’engouement suscité par des réseaux étrangers comme Facebook, Twitter, ou encore LinkedIn est très puissant, il n’étouffe pas les tentatives africaines en la matière. Les réseaux suivants sont africains et, dans certains pays, ils cartonnent aussi bien que les grands classiques.

1. Mxit : réseau social n°1

Mxit est une application permettant de communiquer. De part sa forme, à mi-chemin entre Facebook et Whatsapp, Mxit passe aisément pour un réseau social. La progression de Mxit a été impressionnante puisque les statistiques réunies en 2013 font état de 50 millions d’utilisateurs dont 10 millions sont des membres actifs. La plate-forme réunit les membres de 128 pays différents. L’avantage, c’est que l’application est gratuite et compatible avec les systèmes suivants sur mobile : Android, iOS, Blackberry, Windowsphone, et nécessite peu de frais.

2. Africanaute, partenaire de l’Afrique

Africanaute.com est un réseau social hybride. Il a été conçu par Alain Aka, un jeune Ivoirien vivant à Paris, dans l’optique de présenter une vitrine où les compétences professionnelles des Africains seront étalées. Le réseau social est hybride parce qu’il est à la fois un annuaire d’entreprise, une plateforme d’opportunités et un site d’informations.

3. Tchattu, pour la promotion de la culture africaine et le partage des opportunités

Tchattu, est un réseau social récemment créé par Yacine Sidibé. Ce réseau se veut un instrument de partage et de rassemblement autour d’une même cause, l’Afrique et sa jeunesse. Le réseau est destiné à mettre en relation de jeunes personnes en l’occurrence des Africains désireux de partager des valeurs culturelles et d’assurer la promotion du continent. Pour ce faire, la plateforme dispose de blogs personnels, de forums, d’une banque de CV, d’une banque de projet, et d’une E-Bibliothèque.

4. Eskimi… pour les amoureux

Si Eskimi figure dans ce classement, c’est du fait de sa destination et non de son origine. En effet, après Mxit, c’est l’un des réseaux sociaux les plus utilisés en Afrique, surtout dans la partie anglophone. Il est lituanien d’origine. Il a l’ambition de réunir des âmes sœurs, des personnes en quête d’amour. Les choses sont si bien faites que dès le début, les intentions de chacun sont triées. Le concept cartonne parce que les développeurs d’Eskimi ont tenu compte des réalités africaines (accès assez difficile à Internet). C’est un réseau social pour mobiles et pas n’importe lesquels : les portables les plus antiques peuvent y accéder.

5. Yookos

Un réseau social permet de connecter des personnes acceptant librement de se joindre à un groupe. Il permet au pasteur d’échanger avec les membres de son église, Christ Embassy. En 2013, il y avait près de 10 millions de membres inscrits. Yookos est une plate-forme incontournable au Nigéria et dans certains pays de la sous-région. Le contenu des discussions tourne autour des questions religieuses et de la promotion de l’Évangile.

{adinserter CNP5}

6. Motribe

C’est le réseau dans le réseau. Il est destiné surtout aux entreprises. C’est un instrument qui vous permet de créer votre propre réseau social. Motribe appartient depuis quelques années au géant Mxit.

[interaction id=”558f61cb9903ebaf494bbc01″]

À SUIVRE : La première tablette éducative ivoirienne souhaite remplacer le contenu des cartables.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply