Politique

Le Président du Sénégal va réduire son  mandat et augmenter les pouvoirs de l’Assemblée Nationale

By  | 

C’est lorsqu’il a présenté ses vœux du Nouvel An que Macky Sall, le président du Sénégal, a confirmé son intention de renforcer le jeu démocratique dans le pays par la mise en place d’une quinzaine de réformes dont la principale est celle de la réduction de 2 ans du mandat présidentiel.

Une réforme du mandat

Élu en février 2012, Macky Sall a fait campagne sur différents thèmes. Il a alors exprimé sa volonté de modifier les normes qui régissent le mandat présidentiel afin de renforcer l’exercice de la démocratie au Sénégal à travers un renforcement des pouvoirs de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel ainsi que par la mise en place de certaines réformes relatives au mandat présidentiel. Parmi celles-ci on note :

  • La réduction du mandat présidentiel de 7 ans à 5 ans.
  • La limitation a deux mandats consécutifs.
  • Le chef de l’état devra également avoir moins de 75 ans le jour du scrutin.

Il faut préciser qu’une fois voté, et à l’image des dispositions prises lors de la transition au Burkina Faso, « Cet article ne peut pas faire l’objet de révision ».

Le processus de révision

Après avoir discuté certains amendements, le gouvernement a saisi le Conseil constitutionnel afin que la plus haute juridiction du pays se prononce sur le texte définitif. En principe, le Conseil constitutionnel va prendre un mois avant d’émettre son avis. Une fois validées, ces réformes seront soumises à un référendum national qui devrait se dérouler aux alentours du mois de mai 2016. On saura alors si les élections présidentielles auront lieu en 2017 ou en 2019. En effet, en cas d’homologation, et selon le texte qui est actuellement analysé, « cette disposition s’applique au mandat en cours ». Macky Sall sera donc le premier président dont le mandat sera réduit à 5 ans.

En mars 2015, le président Sall a déclaré :

« une réduction du mandat est un élément qui sert à donner un exemple. Il faut que l’on comprenne en Afrique aussi, qu’on est capable de donner la leçon, et que le pouvoir ce n’est pas une fin en soi. »

À SUIVRE : 8 présidents africains qui ont accepté de quitter le pouvoir.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply