Culture

L’industrie créative, un secteur qui crée des emplois en Afrique

By  | 

Quand on veut connaître l’attractivité et les perspectives d’un État, il est judicieux de porter un regard sur chacun des secteurs d’activité qui participent à son économie. La Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs (CISAC) et l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) ont publié une étude qui s’inscrit dans cette vision sectorielle. Elle fournit des données très intéressantes sur la contribution économique et sociale des industries de la création artistique et culturelle sur chaque continent. La situation de l’Afrique permet d’entrevoir des leviers de croissance qui peuvent être rapidement activés.

Une vision globale et détaillée

Le rapport contemple 11 industries culturelles et créatives (les ICC) : l’architecture, les arts vivants (théâtre, opéra…), les arts visuels (photo, sculpture…), la publicité, la radio, la télévision, les livres, la presse écrite, les jeux, les films et la musique. Avec 2 076 milliards d’euros, ces industries représentent 3 % du PIB mondial et elles emploient près de 30 millions de personnes, soit 1 % de la population active mondiale.

Pour que ces industries continuent à se développer, la CCI préconise que les créateurs soient équitablement rétribués lorsque leurs œuvres sont diffusées. Ces recommandations pointent le rôle joué par le marché numérique et la difficulté à obtenir une juste participation financière de la part des différents acteurs qui évoluent sur Internet.

{adinserter CNP5}

Les perspectives de l’Afrique

Concernant l’Afrique et le Moyen-Orient, les ventes atteignent 53 milliards d’euros et elles sont à l’origine de 2,4 millions d’emplois. Cela laisse augurer d’un énorme potentiel de croissance et de grandes perspectives d’emplois. Outre la musique, le cinéma devrait aussi profiter de ce marché. Nollywood, le nom donné à l’importante production de l’industrie cinématographique nigériane emploie déjà 300 000 personnes, mais comme d’autres intervenants continentaux, elle souffre de structures déficientes telles que piratage et un secteur informel qui n’est pas toujours bien encadré. L’intervention structurelle et financière des gouvernements africains pourrait remédier à cette situation et permettre de créer un véritable levier de croissance économique.

Le rôle de la CISAC

La CISAC est une organisation internationale non gouvernementale dont le siège est à Paris. Grâce à ses bureaux situés à Budapest, à Santiago du Chili, à Johannesburg et à Singapour, elle assure une présence sur chaque continent. Son rôle est de protéger et de promouvoir les droits des créateurs partout dans le monde. Elle agit souvent en relais des sociétés nationales qui perçoivent les droits d’auteurs. La CISAC est une entité à but non lucratif. Son président est le compositeur Jean-Michel Jarre et parmi ses vice-présidents, on relève le nom de la chanteuse béninoise Angélique Kidjo et du sculpteur sénégalais Ousmane Sow.

À SUIVRE : Village d’artistes à Marrakech, le “Jardin Rouge” est un laboratoire de créativité.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply