Culture

Village d’artistes à Marrakech, le “Jardin Rouge” est un laboratoire de créativité

By  | 

Le village d’artiste est un nouveau concept qui vient s’additionner aux innombrables projets artistiques qui voient le jour ici et là. Par « Ici et là », on entend surtout en occident… et on pense par exemple à des organismes comme le Centquatre à Paris, ou le Village d’artistes de Rablay-sur-Layon qui jouent le rôle d’incubateur, voire d’accélérateur d’opportunités pour les jeunes artistes et les porteurs de projets créatifs.

Un échange culturel

Le concept est prometteur : inviter des artistes internationaux (sélectionnés sur dossier) à venir séjourner gracieusement dans le village pour ne se consacrer qu’à la production artistique. En d’autres termes, un temple monastique dédié à la retraite artistique en quelque sorte. Cela dit, les projets de ce genre peinent encore à démarrer en Afrique. Et les raisons sont multiples : manque de financement, d’intérêt, voire d’infrastructure et/ou de vision. Mais se pourrait-il que la donne change dans le futur ?

Tout porte à croire que oui. Au cœur d’une oliveraie, dans le calme d’un petit village situé à une vingtaine de kilomètres de Marrakech, se situe un village d’artistes d’exception : le Jardin Rouge. Cette très grande résidence d’artiste s’est implantée sur un site de 13 hectares et elle est ouverte à tous les artistes, qu’ils soient africains ou internationaux.

Untitled

{adinserter CNP5}

Développer des idées nouvelles

Les anciens bâtiments agricoles en pisé se sont transformés en énormes espaces d’accueil et d’ateliers pour les artistes sélectionnés. Service d’entretien, femmes de chambre, cuisiniers, réception… la qualité de service est à la hauteur de celle d’un hôtel 5 étoiles. Les lieux sont entièrement pensés pour le béatitude et la sérénité des artistes.

Untitled2

Mais derrière son côté « hotel de luxe » se cache un véritable laboratoire de créativité qui permet aux artistes de développer des idées nouvelles. Un des résidents est un artiste qui développe une méthode nouvelle pour la sculpture à partir de boîtes de conserves, de bombes-peinture et de canettes de soda. Interrogé sur l’origine et le coût de ces centaines de bombes-peinture entassées dans son atelier flambant neuf, il avoue avoir fait la demande des bombes-peintures auprès de la direction de la résidence qui les a fait importer de l’étranger à ses frais.

Untitled1

Production artistique

Intégralement pris en charge donc, les artistes « lauréats » doivent mettre à profit leurs résidences pour améliorer la qualité de leurs œuvres, tout en respectant dans leurs réalisations leur style, les cultures et l’histoire de leur pays d’origine lorsque l’œuvre le permet, comme le montrent les créations d’artistes. Ainsi, Kooka, un peintre métis Congolo-Français diplômé de l’école des Beaux Arts, se concentre dans son oeuvre sur la tradition nomade.

jardin3

Il y a aussi plusieurs échanges entre artistes qui se retrouvent parfois le soir autour d’un verre à discuter sur leurs méthodes de création et les perspectives de développement de l’oeuvre : « la nuit, nous nous retrouvons en terrasse pour discuter, passer du bon temps et surtout se relaxer car on travaille d’arrache-pied mine de rien… », affirme Ceet, un artiste graffiti d’origine marocaine obsédé par les poulets. Pour l’anecdote, Ceet s’est un jour retrouvé à la terrasse d’un restaurant en Chine à devoir dessiner ce qu’il désirait manger. C’est la première fois qu’il dessina son fameux poulet, faisant rire ses amis ; Ceet comprend alors qu’il pouvait en faire sa marque de fabrique.

jardin4

La structure est spacieuse et également conçue pour accueillir artistes confirmés, experts et amateurs d’art ou de simples visiteurs (sur rendez-vous) qui peuvent venir interagir et se mêler à la vie des artistes pendant quelques jours. Des événements sont régulièrement organisés pour offrir aux artistes la possibilité de se confronter aux jugements des amateurs marocains et internationaux. Enfin, et en ce qui concerne le financement du village d’artiste, les œuvres et les productions artistiques restent exposées au village ou vendues aux particuliers et aux galeries d’art selon l’accord établi avec les artistes.

jardin6

À SUIVRE : 10 stylistes africains à suivre en 2015

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply