Culture

10 artistes africains qui suivent les traces de leurs parents

Enfants de cinéastes, de musiciens et de chanteurs, ils sont nombreux à emprunter la même voie que leurs parents. On pense par exemple à Charlotte Gainsbourg, Miley Cyrus, Jaden Smith ou encore Cori B. En Afrique également, bon nombre ont décidé de faire comme leurs parents. La plupart de ces stars ont un talent qui égale bien celui de leurs pères ou de leurs mères, et elles sont aussi devenus des stars adulées du public.

1. Sidiki Diabaté

Le  « petit prince de la kora », comme on le surnomme, n’est autre que le fils du célèbre Toumani Diabaté, connu pour sa maîtrise de l’instrument. Tout comme son père, Sidiki s’est avéré un véritable virtuose de la harpe-luth. De son instrument s’échappent des notes semblables au chant des sirènes. Les quelques touches de beats électroniques qui transparaissent dans ses compositions leur apportent de l’originalité. Dans cette famille où l’art de jouer de la kora se transmet de père en fils, on peut affirmer que la continuité de la tradition est assurée.

2. Akon

Avant même de naître, il avait déjà le succès dans le sang. En effet, son père est le fameux musicien de jazz et percussionniste sénégalais Mor Thiam. Ce dernier a joué auprès de grandes stars comme Katherine Dunham, Freddie Hubbard, James Brown et Michael Jackson. En 2004, Alioune Badara Thiam alias  « Akon » sort son premier album « Trouble » qui, comme on pouvait s’y attendre, a un succès planétaire. Il est le tout premier artiste solo qui occupe à la fois la première et la deuxième place du classement Billboard Hot 100.

3. Wally Seck

Le papa de Wally Seck, Thione Ballago Seck, est chanteur et percussionniste, membre du groupe «Raam Daan». Tout comme lui, Wally a des cordes vocales impressionnantes. Avec sa voix unique, son charisme et son style particulier, il ne cesse de ravir le cœur des femmes. C’est également un véritable « bosseur », qui enchaîne concert sur concert en rencontrant toujours le même succès. Voici un enfant qui voit les choses en grand et qui ira très loin. Il est indubitablement le digne fils de son père.

4. Femi Kuti

Femi Kuti est le fils du roi incontesté de l’Afrobeat, Fela Kuti. À l’image de son père, c’est un véritable show man plein de talents. Mais contrairement à Fela, Femi se veut beaucoup plus sobre, plus calme et réaliste, refusant de s’adonner aux stupéfiants et à l’alcool. Malgré des difficultés à sortir de l’ombre de son père et à s’affirmer, il a fini par être accepté du public qui le décrit comme quelqu’un de précis, juste, ayant le sens de la discipline. Il aurait même un meilleur jeu que son père à en croire certains.

5. Vieux Farka Touré

« Le Hendrix du Sahara », comme on l’appelle, est le descendant du légendaire guitariste malien, Ali Farka Touré. Ce dernier, jugeant le monde de la musique trop cruel, s’oppose à ce que son fils devienne musicien. Mais il ne résiste pas longtemps à son talent et finit par accepter son choix. Mélangeant le rythme traditionnel au rock, au blues, au reggae et parfois au rap, Vieux a développé son propre style, tout en restant fidèle aux influences de son père. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus talentueux guitaristes du siècle.

6. Youssoupha

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le père de Youssoupha était, lui aussi, un grand et bon chanteur solo. Connu sous le nom de Tabu Ley Rochereau, il a apporté un certain nombre d’innovations à la rumba congolaise. Son fils, à sa suite, a préféré s’éloigner de la musique du pays pour se lancer dans le rap. Très clairement, son succès surpasse celui de son père, même s’ils n’évoluent pas dans le même genre musical. Avec son troisième album Noir Désir, il s’est placé 1er des ventes d’albums rap en France.

7. Maître Gims

Son amour pour le micro et son talent ne lui sont pas venus ex nihilo. Il les a hérités de son père Djuna Djanana, qui a été le chanteur de Papa Wemba dans la troupe Viva la Musica. On peut d’ailleurs l’apercevoir dans le clip « Sapés comme jamais », habillé tout en blanc et assis dans un fauteuil d’allure royale. Dès son premier album solo « Subliminal », Gims a connu un impressionnant succès commercial. Depuis, à chaque nouveau son, il se retrouve en tête des classements. Selon les dernières informations, il préparerait un album avec certains membres de sa famille. Ça promet !

8. Bongi Makeba

Bongi est la fille unique de Miriam Makeba, la « Mama Africa » sud-africaine. Elle a décidé de reprendre le flambeau en s’adonnant elle aussi à la musique. Ses goûts musicaux étaient l’afro-pop, ou l’afro-funk avec des teintes de kwela et de soul. Elle enregistra des albums avec son fils Nelson Lumumba Lee ainsi qu’avec sa mère et sortit son premier album solo en 1980. Malheureusement, l’Afrique ne profite pas longtemps de cette voix mezzo-soprano, car Bongi est décédée en 1985 des suites d’un accouchement.

9. Oumou Sangaré

Dès son plus jeune âge, Oumou était déjà au contact des traditions musicales. Sa mère Aminata Diakité était une habituée des mariages et baptêmes qu’elle animait de sa voix suave. C’est donc tout naturellement que la fille a suivi le même chemin. À 21 ans, elle était déjà devenue une véritable star mondiale. Très attachée à l’identité culturelle du Mali et aux sonorités des instruments traditionnels, “la princesse du Wassoulou” n’intègre que très peu de basse et de guitare électrique dans ses chansons. Aux yeux de la société, elle est l’icône même de la femme émancipée.

10. Nsona Mvuemba

Cette perle a été révélée au monde grâce à l’émission Belgium’s Got Talent. Nsona Mvuemba est la petite fille de Papa Wemba qui l’a d’ailleurs immortalisée dans l’une de ses chansons. Elle a pour style musical le jazz, la soul, le RnB et le hip-hop. Elle a déjà chanté aux côtés de son père à l’occasion du festival « Couleur café » en Belgique. À l’entendre chanter, il ne fait aucun doute qu’il s’agit là d’une future étoile montante de la musique.

À SUIVRE : 11 icônes contemporaines de la musique nigériane.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply