Culture

En Côte d’Ivoire, un groupe de 11 chanteurs défie les terroristes

By  | 

Frappée par un acte terroriste, la Côte d’Ivoire a décidé de résister aux sentiments de peur et de crainte qui ont submergé le pays. Symbole de ce combat démocratique, 11 chanteurs se sont réunis pour interpréter une chanson au titre éloquent « Même pas peur ». Elle constitue une réponse aux attaques terroristes du 13 mars dernier qui ont touché la cité balnéaire de Grand-Bassam située à l’est d’Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire. Cette attaque, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), s’était soldée par la mort de 19 personnes.

“Même pas peur”

« En Côte d’Ivoire, nous on est debout oh, jihadistes, on n’a même pas peur ».

Les strophes confirment cette volonté de dénoncer une attitude violente et sanguinaire de l’Aqmi.

« Tu tues des innocents au nom de Dieu. Tu n’iras pas au paradis » poursuit le texte.

C’est Chico Lacoste, un producteur et manager influent en Côte d’Ivoire qui a eu l’idée de cette chanson. Elle constitue une réponse gaie et déterminée aux terroristes. Chico Lacoste a déclaré à l’AFP :

« Par leur acte, les jihadistes ont voulu atteindre notre joie de vivre. En tant qu’artistes, cette chanson est notre arme pour leur dire qu’on n’a même pas peur des jihadistes. On sait qu’ils l’entendront ».

Les rythmes inspirés par le zouglou et le coupé décalé sont entrainants. Ils reproduisent les sons de la nouvelle musique urbaine ivoirienne.

La chanson a donné lieu à une vidéo postée sur YouTube. On y découvre les 11 artistes qui composent ce groupe. Les cœurs sont des employés des hôtels environnants. Hassam Maïga, le réalisateur du clip a déclaré que cette vidéo montre aux terroristes que « les Ivoiriens restent unis, et qu’ils ne se laissent pas abattre ».

Les 11 artistes ont interprété leur chanson durant la mi-temps du match Côte d’Ivoire-Soudan, une rencontre qui compte pour la Coupe d’Afrique des Nations. Le groupe d’artiste était réuni dans le stade de football. Tout comme les spectateurs, les chanteurs arboraient des T-shirts « Même pas peur » ou « Yako (Courage) Grand Bassam ». Une minute de silence a été respectée juste avant le coup d’envoi.

À SUIVRE : Alpha Blondy, la figure incontournable du reggae africain.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply