Actualités

Le pape François lave les pieds de migrants de différentes confessions lors du Jeudi Saint

By  | 

Le pape François vient de célébrer la messe de la Cène du Seigneur dans une structure hébergeant quelques 900 jeunes réfugiés au nord de Rome, dans la commune de Castelnuovo di Porto. Le pape a lavé les pieds de onze demandeurs d’asile de diverses confessions : chrétiennes, musulmanes ou hindoues, ainsi que d’une employée du centre d’hébergement, pour marquer la célébration du Jeudi saint. Un geste symbolique qui témoigne de sa volonté d’accueillir des migrants, et ce quelle que soit leur religion ou nationalité. Une façon de témoigner de sa  «fraternité» et de faire front contre la guerre et la destruction que connaît le monde, et plus précisément, contre les attentats perpétrés à Bruxelles mardi dernier. Des attentats qui ont fait 31 morts et près de 300 blessés.

Un geste de compassion

Ils sont venus du Mali, du Nigéria, du Pakistan, d’Érythrée et de Syrie. Le pape François s’est agenouillé devant eux et a pris soin de leur laver les pieds, un par un, avant de les essuyer et de les embrasser comme le veut la tradition de podonipsie. Une tradition millénaire qui dure depuis les temps de l’Église primitive. La plupart des migrants étaient émus, et certains d’entre eux ont embrassé la main du souverain pontife pour manifester leur respect et sympathie. D’autres ont même pleuré.

Un geste politique

Le pape s’est prononcé juste après le rituel en dénonçant les origines du malaise social que connaît le monde aujourd’hui.

«Derrière ce geste, il y a les fabricants, les marchands d’armes, qui veulent le sang, pas la paix, qui veulent la guerre, pas la fraternité», a-t-il déploré. «Nous sommes différents, nous avons des cultures et des religions différentes. Mais nous sommes frères et nous voulons vivre en paix, et tel est le geste que je fais avec vous», a-t-il martelé avant de proposer aux 900 demandeurs d’asile d’échanger «un geste de fraternité».

Le sens du lavement des pieds dans le christianisme

Ce geste témoigne d’une compassion qui ne rend personne indifférent, et ce même si l’on n’est pas chrétien car il touche à l’humanisme profond. Selon la tradition chrétienne, la signification du lavement des pieds est ancrée dans la philosophie de Jésus comme on le voit dans l’Évangile de Saint Jean, quand il lave les pieds de l’un de ses disciples Simon Pierre :

“Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi comme moi j’ai fait pour vous”.

Depuis plusieurs siècles, chaque année à l’occasion de la messe du Jeudi saint qui précède Pâques, la tradition veut que les prêtres, les évêques et le pape, lavent les pieds de 12 personnes, en souvenir du geste que Jésus a fait pour ses 12 apôtres avant son arrestation.

À SUIVRE : Explosion de l’immigration clandestine, Khadafi avait-il raison ? 

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply