Culture

Making Africa, quand le design africain fait pétiller le monde de la création

By  | 

L’exposition Making Africa-Un continent de design contemporain se tient actuellement, et jusqu’au 21 février 2016, au musée Guggenheim de Bilbao. Elle connaît une forte affluence et elle a généré de nombreux éloges de la part des critiques d’art et des designers européens.

Un fil conducteur

Le musée a retenu les créations de 120 artistes différents. Les disciplines représentées sont nombreuses et elles incluent la photographie, l’urbanisme, la sculpture ou la mode. Cette densité de la sélection peut perturber le visiteur, car finalement on passe trop vite d’un concept et d’un pays à un autre. Le fil conducteur est d’ailleurs celui de l’origine géographique de l’œuvre. À titre de comparaison, la Fondation Cartier à Paris a rassemblé plus de 300 œuvres de 40 artistes pour sa récente exposition dédiée au Congo.

{adinserter CNP5}

Une sensation rafraîchissante

Malgré cette limitation, les visiteurs sont séduits par un foisonnement créatif qui renouvelle les genres. L’exposition est tour à tour qualifiée de pétillante, énergisante et effervescente. Des adjectifs qui traduisent l’optimisme d’une génération d’artistes qui va changer votre vision du monde. On admire Alito, le gars branché, ou Piketa, du jeune Mozambicain Mario Macilau, les photos de Fabrice Monteiro, les lunettes du Kényan Cyrus Kabiru, les meubles du Malien Cheick Diallo et ceux du Togolais-Brésilien Kossi Aguessy.

Une vision futuriste

Toutes ces œuvres expriment une fraîcheur qui tranche avec la génération de la fin du colonialisme. Les visiteurs découvrent une Afrique moderne et audacieuse. C’est ce qu’explique Petra Joos, le co-commissaire de l’exposition pour le Guggenheim Bilbao, quand il dit :

« La jeunesse africaine est fortement connectée. On compte, sur ce continent, 650 millions de téléphones portables, plus qu’en Europe ou aux États-Unis – et ces “natifs numériques” entendent bien donner à la planète entière un nouveau point de vue sur leurs pays respectifs ».

Signe de ce mouvement planétaire, la bonne santé de la créativité africaine s’invite dans d’autres espaces prestigieux comme l’exposition Lumières d’Afrique au Palais de Chaillot. Tout ça en attendant la première édition de la foire d’art contemporain et de design centrée sur l’Afrique, AKAA , Also Know As Africa, qui va se tienir du 3 au 6 décembre à Paris.

À SUIVRE : L’art contemporain africain célébré dans le monde entier.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply