CAN 2017

Le Français Christian Gourcuff quitte son poste de sélectionneur de l’Algérie 

By  | 

Sous contrat jusqu’en 2018, le sélectionneur algérien Christian Gourcuff a préféré quitter son poste plutôt que de prolonger l’incertitude quant à son départ. Juste après, la Fédération algérienne (FAF) a officialisé la démission du technicien breton dans un communiqué publié sur son site : “ la FAF a résilié à l’amiable le contrat du sélectionneur, à sa demande”, a-t-on expliqué.

Un départ à l’amiable

C’est lors d’un énième entretien, entre Christian Gourcuff et le président de la FAF Mohammed Raouraoua, que le coach des fennecs a exprimé son désir de mettre fin aux spéculations qui entouraient son départ, et a clairement manifesté son souhait de se voir relevé de ses fonctions. Un départ souhaité depuis longtemps par l’entraîneur comme il l’explique au quotidien Le Télégramme :

 “Oui, je veux partir, ce n’est pas nouveau, je l’ai déjà dit au président de la Fédération au mois de novembre; mais il a refusé que je parte”.

Quant au président de la FAF, il avait expliqué au quotidien algérien Liberté qu’il ne garderait pas l’entraîneur contre sa volonté.

Gourcuff veut éviter le conflit

Cette hésitation s’explique par le fait que le coach redoutait « d’aller au conflit », surtout que l’équipe algérienne est proche de la qualification pour la CAN-2017.

“Quel serait l’intérêt d’une fédération de garder un sélectionneur qui souhaite s’en aller ? (..) Là, l’équipe est pratiquement qualifiée, c’est bientôt la trêve estivale, c’est le moment”, a-t-il précisé.

En effet, avec trois victoires et un match nul, les verts sont en tête du groupe J et n’ont jamais été aussi proches de la qualification. Mais pour gagner son ticket pour le Gabon, l’équipe algérienne doit affronter les Seychelles et le Lesotho.

Une rupture qui date d’octobre

L’idée d’une « rupture » entre Gourcuff et les Verts avait commencé à circuler en octobre dernier suite aux deux défaites lors de matches amicaux contre la Guinée (2-1) et contre le Sénégal (1-0). Des « échecs » largement critiqués par la presse algérienne qui reproche au breton un système de jeu trop rigide et l’échec subi en Coupe d’Afrique des nations alors que les fennecs faisaient partis des favoris. Néanmoins, on a quand même salué la prestation du technicien lors de son dernier match contre l’Éthiopie où les verts se sont imposés (7-1).

Un entraîneur impopulaire

Il faut dire qu’il est difficile de succéder au bosnien Vahid Halilhodzic, le coach des fennecs qui était l’artisan de la qualification de l’Algérie en huitièmes de finale de la Coupe du monde de 2014. Une qualification historique qui a fait du bosnien un « héro » chez les supporters algériens.

L’entraîneur breton a avoué avoir des contacts avec des clubs français mais que rien n’est encore sûr. Des clubs comme Nantes ou Rennes seraient déjà intéressés selon le journal L’Équipe.

À SUIVRE : 10 footballeurs binationaux qui ont préféré défendre les couleurs de l’Afrique.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply