Culture

Rénovée, l’une des plus anciennes bibliothèques au monde rouvre bientôt ses portes à Fès

By  | 

Trois années de travaux auront été nécessaires pour restaurer l’une des plus anciennes bibliothèques en activité au monde : la célèbre bibliothèque Al Quaraouiyine de Fès. Cette dernière va pouvoir rouvrir ses portes au grand public en mai 2016 et rendre ainsi accessible son trésor inestimable de manuscrits et de livres anciens.

Une bibliothèque millénaire 

Construite en 859 sous le règne du Sultan Abou Inane Al Marini, elle a su évoluer à travers le temps et garder un rôle scientifique important auprès des chercheurs et des étudiants du Maroc mais également d’Afrique et d’Europe. De nombreux scientifiques sont passés par ces lieux, qu’il s’agisse des hommes de sciences arabo-mulsumans Ibn Al-Arabi au XIIe siècle et Ibn Khaldoun au XIVe siècle, ou de savants juifs comme Maïmonide.

Connue pour son architecture de style arabo-andalou, elle dispose d’une sélection très étoffée de manuscrits vieux de douze siècles. Des documents, parchemins, et livres précieux qui couvrent de nombreux domaines comme la religion, l’astronomie, la grammaire ou le droit. Une mine de connaissances qui risquait de disparaître à jamais.

En effet, au fil du temps, l’état général du bâtiment s’est progressivement dégradé. Même si les chercheurs y avaient toujours accès, le ministère de la Culture marocain a jugé nécessaire de réhabiliter la bibliothèque et a donc engagé à cet effet des travaux pour rendre à cette bibliothèque son éclat d’antan et surtout protéger les documents anciens qu’elle garde précieusement.

La réhabilitation

Pour mener à bien ce chantier d’envergure, on a confié à l’architecte marocaine Aziza Chaouni en 2012 la mission de réhabiliter le bâtiment rongé par le poids du temps. Une mission délicate comme elle l’explique à la fondation TED :

“Quand je me suis rendue sur place, j’ai été choquée par l’état de l’endroit”, confie-t-elle, avant d’ajouter “dans les pièces qui contenaient de précieux manuscrits datant du 7e siècle, la température et l’humidité étaient incontrôlées, et il y avait des fissures dans le plafond”, a-t-elle précisé.

En plus de restaurer les murs et de réaliser un travail de conservation des documents, le projet propose également de transformer la bibliothèque en un nouvel espace public.

“Au fil des années, la bibliothèque a subi de nombreuses réhabilitations, mais elle souffre encore de problèmes structurels majeurs: un manque d’isolation et des carences dans les infrastructures système de drainage bloqué, des tuiles cassées, des poutres en bois fissurées, des fils électriques exposés, etc.”, explique toujours l’architecte au site TED.

Elle a choisi de restaurer les espaces du bâtiment telles que les fontaines et les salles de recherche en se servant de matériaux locaux pour garder une touche authentique.

La réouverture

Après trois années de rénovation, qui se traduisent parfois par des surprises et des trouvailles, la bibliothèque ouvrira ses portes en mai prochain. Le bâtiment sera dorénavant équipé d’un laboratoire de restauration de documents, d’une salle de lecture, d’une collection de livres rares, d’une salle de conférence et même d’un café. Confier le projet de restauration à une femme architecte est quelque part un clin d’œil à fondatrice de l’université Al Quaraouiyine, Fatima al-Fihri, une femme de science qui a révolutionné son époque.

À SUIVRE : 8 auteurs maghrébins prolifiques qui illustrent 3 phases littéraires majeures au Maghreb.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply