Actualités

La condamnation à mort d’un jeune saoudien de 21 ans suscite une vague d’indignation

By  | 

La sentence du Tribunal pénal et de la Cour supême d’Arabie Saoudie est tombée, et elle est sévère. Ali al-Nimr, un jeune homme de 21 ans, a été condamné mort après avoir “reconnu” être coupable de crimes alors qu’il avait 17 ans. Ali risque d’être décapité et crucifié sur la place publique dès que le roi d’Arabie Saoudite aura validé sa condamnation.

Media 2015-09-24 at 4.10.10 PM

Un crime avoué sous la torture

C’est en février 2012, lors du printemps Arabe, qu’Ali al-Nimr, alors âgé de 17 ans, a été arrêté. On lui reproche de manifester contre les autorités dans le cadre de rassemblements chiites. Il est également accusé de vol, de jet de cocktails Molotov, de possession d’une mitrailleuse et d’attaque contre les forces de l’ordre, accusations que son père réfute en bloc. Ali al-Nimr avoue les crimes qui lui sont reprochés après avoir été torturé par des enquêteurs de la Direction Générale des enquêtes. Par ailleurs, on lui refuse un avocat. Hier, Ali pu brièvement appeler ses parents et leur dire qu’il était toujours en vie. Souvent, les familles n’apprennent la triste nouvelle qu’au moment où ils sont sommés de venir chercher le corps.

“J’espère que le roi ne va pas signer l’ordre d’exécution”, a déclaré Mohammed al-Nimr, le père d’Ali, à l’AFP.

Ce dernier a demandé au roi Salmane d’Arabie Saoudite de renoncer à l’exécution de son fils. Il a également appelé  la minorité chiite de l’est de l’Arabie saoudite à ne pas se rebeller en cas d’exécution de son fils.

“Nous ne voulons pas d’une seule goutte de sang versé” a-t-il insisté.

Ali al-Nimr est le neveu de cheikh Nimr al-Nimr, un religieux chiite, lui aussi condamné à mort et en attente de son exécution

Il avait été condamné  à mort en raison de son implication dans les mouvements de contestation contre le régime en 2011. Pour beaucoup, cela explique pourquoi les juges se sont montrés particulièrement sévères à l’égard d’Ali.

“Dans l’histoire récente de l’Arabie saoudite, personne n’a été condamné à la peine de mort pour militantisme politique” explique Zena Esia, de l’European-Saudi Organization for Human Rights au journal Le Monde.

De nombreuses protestations

Tout comme le président français François Hollande et des membres de l’ONU, des personnalités du monde entier appellent l’Arabie Saoudite à annuler la peine capitale pour le jeune Ali. Ironie du calendrier, l’Arabie Saoudite a récemment pris place au sein du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, une nomination qui fait couler beaucoup d’encre.

133 exécutions en 2015 : un record

Depuis début 2015, 133 personnes ont subi la peine capitale en Arabie Saoudite, soit 46 de plus qu’en 2014. Entre 1985 et 2015, ce sont 2 200 personnes qui ont été mises à mort. Le royaume très conservateur d’Arabie Saoudite justifie la peine de mort par la volonté de dissuader les criminels, même pour les personnes âgées de moins de 18 ans.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply