Culture

Le zouglou : le genre musical qui décrit le quotidien des Ivoiriens

Le zouglou, également connu sous le nom de « wôyô » ou encore d’« ambiance facile », est un genre musical urbain qui a toujours été célèbre. La musique parle des réalités sociales vécues par la jeunesse ivoirienne et divulgue des messages et des conseils sur différents sujets de la vie comme la politique, l’amour, la fraternité, l’amitié, par le biais de l’humour. Voici un bref récapitulatif de ce qui a été et demeure plus qu’une simple succession de sons et de mots.

Une musique propre à la Côte d’Ivoire

Le zouglou tire sa source de différents styles musicaux issus des centres urbains ivoiriens pendant les années 60-70. Il a vu le jour grâce à des étudiants qui cherchaient à exprimer au gouvernement en place leur désarroi face à leurs conditions de vie et de travail déplorables. À l’époque, il s’agissait d’un mélange de chants sur une musique de percussions créée par des instruments improvisés, mais également d’une danse évoquant des mouvements de supplication. Inspiré donc des rythmes et mélodies des différentes régions de la Côte d’Ivoire, le zouglou est devenu le tout premier style musical qui représente le pays tout entier.

Un genre musical qui échappe à l’ethno-stratégie

Le zouglou ne se réfère à aucune région précise ni à un groupe ethnique particulier en Côte d’Ivoire. Il est à la fois de partout et de nulle part. La Côte d’Ivoire est un pays de plus de 60 groupes ethniques mais le zouglou n’a ni ethnie, ni parti politique, ni religion. Le « wôyô » est ainsi une musique nationale non traditionnelle qui fournit des points de repère dans la mémoire collective. Il se distingue d’ailleurs par son langage, “le nouchi” qui est parlé dans les rues d’Abidjan.

Les porteurs de la philosophie « zougloutique »

Ce style musical a attiré de nombreux artistes dont il a d’ailleurs lancé la carrière. Ceux-ci critiquaient dans leurs chansons le comportement démagogique des puissants hommes du pays. Parmi les premiers à porter haut le flambeau du zouglou, on compte Didier Bilé et les Parents du Campus avec « Gboglo Koffi » (l’Hyène) en 1991. Mais, c’est surtout le groupe Magic System qui, en 2002, l’a rendu célèbre sur la scène internationale, avec sa chanson « Premier Gaou ». Même si la tendance de ce genre musical est plutôt à la baisse aujourd’hui, on dénombre encore de nombreux groupes et artistes zouglou comme Petit Denis, Soum Bill, Espoir 2000, à travers qui, le zouglou reste un élément clé du paysage culturel ivoirien.

À SUIVRE : 10 stars africaines qui s’exportent bien. 

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply