Culture

Les Ghetto Kids : ces enfants danseurs au talent exceptionnel

Pour beaucoup, ils ont été découverts pour la toute première fois grâce au clip Sitya Loss de l’artiste ougandais Eddy Kenzo. Leurs pas de danse extraordinaires ont subjugué les internautes et ont fait le buzz avec actuellement plus de 20 millions de vues. Il s’agit bien sûr des Ghetto Kids de la Triplets Foundation. Aujourd’hui, célèbres dans leur pays et même au-delà, leur succès ne se dément pas. Pour ces jeunes prodiges, la danse est une véritable passion et également une véritable porte de sortie du ghetto.

Qui sont les Ghetto Kids ?

Agés d’une dizaine d’années, ces enfants sont originaires de Katwe dans la banlieue de Kampala en Ouganda. Leur histoire commence avec Daouda Kavuma, ancien enfant de la rue devenu aujourd’hui professeur de mathématiques et chorégraphe à ses heures perdues, qui repère un jeune garçon dans la rue en train de danser.

Fasciné par son talent, il décide de monter avec lui et d’autres enfants un groupe de danse. Il recrute ainsi Alex, Isaac, Fred, Bachir et Patricia : le collectif de danseurs Ghetto Kids voit alors le jour. Ils enregistrent leur première vidéo dans une rue poussiéreuse de Kampala, puis la postent sur internet où elle fait rapidement un carton. Le début du succès !

L’ascension de jeunes étoiles ougandaises

Quelques mois seulement après la sortie de la chanson Sitya Loss, dont le succès commençait à grandir en Ouganda à l’époque, les Ghetto Kids décident de reprendre la chorégraphie du clip à leur compte et font parler d’eux sur les réseaux sociaux. Eddy Kenzo, conquis par leur interprétation, leur propose alors de danser dans le clip officiel de la chanson.

Une collaboration marquant le début de l’ascension de ces jeunes Ougandais et la fin de leur misère. Devenus de véritables stars depuis, ils enchaînent les spectacles et composent à présent leurs propres chansons. Le groupe composé de cinq enfants au départ en compte aujourd’hui une vingtaine. Ils apprennent chaque jour de nouveaux pas de danse, tout un symbole de leur nouvelle vie possible grâce à la danse.

Regardez le clip de Sitya Loss ci-dessous:

À SUIVRE : Une Sénégalaise de 26 ans ouvre le premier centre de danse urbaine dans son pays.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply