Culture

Que faire à Casablanca, la capitale économique du Maroc ?

Que vous soyez jeune étudiant vous installant prochainement à « Casa », jeune travailleur ou artiste désirant rechercher des opportunités, ce petit guide est fait pour vous. La plupart des guides qui parlent de la « Ville Blanche » se ressemblent tous et ne reflètent en rien la culture urbaine de la vie casablancaise. Difficile, très difficile même de connaître le Casa branché, et ce même pour les locaux, car derrière le décor, il existe un cercle très fermé de lieux difficiles d’accès.

Accès et contacts, comment faire ?

Les cercles casablancais sont à la fois aisés et très difficile d’accès. Tout dépend de ce que vous cherchez à faire. Si vous êtes jeune artiste, designer, musicien ou architecte, vous ne pouvez pas débarquer comme ça dans une ville qui compte plus de 4 millions d’habitants. Que faire ? Il est intéressant de commencer par visiter des associations comme le Boultek, au Technopark (aussi appelé Goldorak) de Casablanca. L’association est très ancrée dans le paysage culturel avec son festival L’Boulevard. Un festival underground qui réunit toute la scène artistique casablancaise.

Il existe d’autres associations d’artistes comme L’Uzine, récemment lancée, et qui propose des ateliers créatifs, des rencontres, des débats. Si vous êtes jeune entrepreneur, vous pouvez essayer de contacter ou de vous rendre au Centre des Jeunes Dirigeants qui proposent de vous guider de A à Z dans vos projets.

Si vous désirez vous faire des amis dans le monde de l’art, des affaires ou de la culture, loin des festivals et des associations, vous pouvez prendre un verre dans certains endroits typiquement casablancais comme La Cigale, le Trica, La Suite, Le 25. Généralement, les casaouis sont chaleureux et accueillants quand il s’agit de faire connaissance autour d’un verre.

{adinserter CNP5}

Quid des codes sociaux à Casa ?

Nous ne voulons pas tomber dans les clichés. Mais en règle générale, Il existe une forte rivalité/ concurrence, entre les individus et les profils. Il faudra savoir se démarquer pour attirer l’attention. Casa est très chère et la concurrence devient de plus en plus rude. Vous n’allez pas atterrir en terrain conquis : fini l’époque où il suffisait d’être « expat » pour trouver du travail ou s’intégrer. Les cadres marocains et les étudiants d’écoles supérieurs n’ont rien à envier à leurs homologues internationaux.

Les casablancais aiment beaucoup faire la fête. Mais si vous cherchez les soirées casablancaises très branchées, faites vous des amis journalistes. Car les soirées à la Corniche le week-end sont devenues has been. D’ailleurs, nous ne vous recommandons pas de sortir en week-end en boîte de nuit, comme partout d’ailleurs… sauf si l’adresse que vous choisissez est tendance : Vertigo, Maison B, Six Pm, etc. PS: comptez cinq euros pour un verre dans ces endroits.

Mais généralement, on peut dire que la vie casablancaise est très atypique, captivante et les choses à y faire et à y voir sont nombreuses : terrasses branchées et architectures vers Anfa supérieur, plages ensoleillées vers Dar Bouazza ou Tamaris, shopping vers le Maarif, etc.

Où habiter ?

Si vous avez les moyens, préférez des endroits comme Gautier, Anfa, 2 mars, Maarif/Racine , CIL. Les loyers y sont relativement chers : comptez 1 100 euros minimum dans ces endroits pour un petit studio ou une chambre. Ces quartiers sont plutôt sécurisés et proches du centre-ville et des endroits branchés. Si vous avez un budget limité, vous pouvez opter pour des quartiers comme Belvédère, La Gironde, EL Oulfa, Ain Sbaa et Hay Hassani. Les deux premiers restent proches du centre-ville, les seconds sont relativement difficiles d’accès. Comptez 30 minutes à une heure dans les transports.

Important: à Casa, tout est centralisé dans des quartiers précis, d’où l’intérêt d’habiter à côté du nouveau centre-ville : Maarif/Anfa.

Les transports

Véritable clavaire. Si vous êtes mal desservi, vous déplacer rapidement et efficacement peut s’avérer problématique. Sortez toujours une heure à l’avance minimum car parfois, les taxis peuvent refuser de vous prendre. La raison : leur humeur, ce qu’ils ont mangé ou parce qu’ils ne vont pas vers votre destination tout simplement. Tout dépend de l’humeur de votre chauffeur de taxi. Astuce : réservez un taxi vert (taxi sur commande) pour être sûr de partir à l’heure.

Les plus chanceux vivent dans une zone proche du tramway. Autrement, les transports ne coutent pas cher au Maroc : comptez 0.6 euros pour une course de 3 Km. Sinon, achetez un abonnement tramway. Évitez les bus, surtout s’ils desservent la banlieue de Casa. La raison : inconfort, insécurité et retards.

Comme dit précédemment, sortez toujours une heure avant votre rendez-vous, les bouchons s’étendent sur la ville entière durant l’heure de pointe. Hormis ce contretemps, les infrastructures sont bonnes et les moyens de transport de bonne qualité par rapport à aux pays voisins.

Verdict

Casa est une jolie ville, même si beaucoup ne l’apprécient pas (car ils ne la connaissent pas véritablement). Plages, terrasses, température idéale, niveau de vie, rencontres, cultures…malheureusement, la ville est devenue extrêmement chère et peu sécurisée suite à l’écart entre riches et pauvres qui s’est creusé. Réfléchissez à deux fois avant de vous rendre dans la capitale économique du Maroc car cela vous coutera autant que de vivre dans une capitale européenne, surtout si vous sortez souvent le soir ou cherchez à habiter dans des endroits calmes et sécurisés.

Une dernière chose : Casa est très grande mais vous comprendrez vite que tout est centralisé. Cela restreint énormément votre zone d’intérêt qui sera sans doute limitée entre Maarif et Anfa supérieur.

À SUIVRE : Village d’artistes à Marrakech, le “Jardin Rouge” est un laboratoire de créativité.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply