Culture

La sapologie : une contre-culture en pleine expansion

Véritable art de vivre, idéologie, voire religion, la sape, acronyme de Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes, et plus largement désignée sous le terme de « sapologie », est un mouvement d’identité vestimentaire faisant partie intégrante de la culture congolaise. La sapologie regroupe des individus passionnés par l’élégance et qui ont un goût prononcé pour des habits et accessoires griffés par les plus grands couturiers du monde. Ce courant détourne et réinvente depuis près de 100 ans les codes de la mode.

Du dandysme à l’africaine

La sapologie remonte aux années 1920 au Congo, durant la période coloniale. Le but à cette époque était d’imiter le colonisateur en s’appropriant son style vestimentaire pour des considérations d’intégration et d’adulation par sa communauté d’origine. Mais la sape telle qu’on la connaît aujourd’hui est apparue entre 1960 et 1970. Selon la légende, Christian Loubaki serait l’inventeur du mot sape, dont le dérivé sapé signifie « habillé » dans le dictionnaire. Ainsi, en République démocratique du Congo (RDC) et au Congo-Brazzaville une personne dite « sapée » est considérée comme une personne bien habillée. La sapologie est ainsi une forme de dandysme à l’africaine.

Un signe ostentatoire de prestige

Impeccablement habillés et extravagants, les sapeurs sont facilement reconnaissables à leur mode vestimentaire sophistiqué et haut en couleur, ainsi qu’à leur comportement. Certains vont même jusqu’à sacrifier leur niveau de vie juste pour paraître élégants, l’objectif étant d’être le plus visible et reconnu possible. Avec le temps est apparue la mode de se donner des pseudonymes comme « Djo Balard », afin de se démarquer encore plus. Dans ce mouvement, l’allure et l’effet produit sur un public ravi de ce divertissement comptent plus que la tenue en elle-même.

Une culture de plus en plus populaire

La culture de la sape a dépassé les frontières des deux Congo et se répand de plus en plus dans le reste du monde, particulièrement en France et en Belgique où l’on note une forte présence congolaise. De plus en plus de personnalités sont séduites. Comme par exemple Antoine de Caunes, Stromae et bien sûr Maître Gims dont le single Sapés comme jamais met à l’honneur cette culture.

Qu’elle suscite l’admiration, la surprise ou la critique, la sapologie est et restera, d’après ses adeptes, « une esthétique corporelle, une autre manière de concevoir le monde ».

Regardez une vidéo sur le monde de la sape ci-dessous :

À SUIVRE : 10 règles à suivre pour être élégant comme un sapeur.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply