Sport

L’Afrique est-elle la grande gagnante de la réforme pour la Coupe du Monde 2026 ?

Par  | 

C’était en pourparlers depuis pas mal de temps, maintenant c’est officiel. La Coupe du Monde passera à 48 équipes pour l’édition de 2026. L’Afrique pourrait en être la grande gagnante.

Mardi 10 janvier, à Zurich, la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) a décrété que la Coupe du Monde passerait de 32 à 48 équipes pour l’édition de 2026. C’est Gianni Infantino, le successeur de Sepp Blatter, qui l’a annoncé. Il en avait fait une de ses promesses de campagne.

Quel sera le fonctionnement de cette Coupe du Monde ?

La Coupe du Monde 2026 comptera 16 équipes supplémentaires pour passer de 32 à 48. Cela implique que le fonctionnement de la compétition sera légèrement modifié. Mais d’après Gianni Infantino, en termes de temps, le tournoi ne durerait pas plus longtemps qu’actuellement, c’est-à-dire 32 jours. Cependant, il faudra ajouter 16 matchs supplémentaires malgré tout. Il y aura 80 matchs contre 64 aujourd’hui.

D’un point de vue stratégique, il y aurait 16 groupes de 3 équipes. Les 2 meilleures équipes de chaque poule pourront accéder aux seizièmes de finale. Cela est différent de l’actuel fonctionnement, dans lequel se trouvent 8 poules de 4 équipes, et où les nations jouent les huitièmes de finale après les poules. Certains détracteurs estiment que des équipes ne vont faire le déplacement que pour jouer deux matchs et repartir… Le temps permettra de se faire un réel avis. 

Qu’en est-il de l’Afrique ?

L’Afrique pourrait bien être la grande gagnante de cette restructuration. La réforme a comme gros objectif de proposer même aux plus petits pays, de pouvoir participer à la plus prestigieuse des compétitions (notamment pour l’Asie ou l’Amérique du Nord). Chaque continent voit la quantité de qualifiés augmentée.

Afrique : 5 places actuellement à 9 ou 10 pour 2026

Amérique du Sud : 4 ou 5 places actuellement à 6 ou 7 pour 2026

Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes : 3 ou 4 places actuellement à 6 ou 7 pour 2026

Asie : 4 ou 5 places actuellement à 8 ou 9 pour 2026

Océanie : 0 ou 1 place actuellement à 1 pour 2026

Europe : 13 places actuellement à 16 pour 2026

L’Afrique va doubler l’effectif de base pour la Coupe du Monde. Et c’est une bonne chose, dans un continent ou beaucoup d’équipes ont un très bon niveau. Ceci permettrait surtout à des équipes réalisant de très bons résultats en Coupe d’Afrique des Nations, d’accéder à la compétition quadriennale. L’exemple de la Zambie, vainqueur de la CAN en 2012 mais non présente pour la Coupe du Monde 2014, est plutôt parlant. Le continent africain a toujours été un fervent défenseur de ce projet de réforme. Dans un continent très relativement homogène en termes de niveau, il semble logique que la FIFA mette en avant les équipes africaines.


A lire également : Côte d’Ivoire – Zambie, 2012. La séance de tirs au but la plus inoubliable de l’histoire de la CAN.


Qui pour accueillir cette coupe du monde ?

La question de qui pourra organiser un tournoi de si grande envergure est posée. L’Afrique ayant accueilli l’édition de 2010 en Afrique du Sud, aura sûrement du mal à pouvoir retrouver l’organisation d’une telle compétition, à moyen terme en tout cas. Car cela veut dire qu’il y aura des centaines de milliers de nouveaux supporters et une gestion de 48 équipes (hôtels, déplacements, terrains d’entraînements…), ce que l’Afrique n’a pas encore les moyens de fournir.

De plus, beaucoup pensent, très justement, que la Coupe du Monde à 48 équipes incombera aux pays organisateurs de construire de nouveaux stades, de nouvelles infrastructures. Des sommes d’argent mirobolantes en prévision. Mais la FIFA, de son côté, affirme que 12 stades (comme pour 2014, 2018 et 2022) suffiront à recevoir tous les matchs. Cependant, elle privilégiera la co-organisation entre plusieurs pays.

Pour l’Afrique, cette réforme est positive et permettra au continent de se présenter encore plus fort à la compétition. Il ne reste plus qu’à la FIFA de séduire tout le corps footballistique, désormais…

 

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply