Actualités

Le procès de Teodorin Obiang pour l’affaire des « biens mal acquis » sera-t-il reporté ?

Par  | 

Ce matin, le tribunal correctionnel de Paris donnera sa décision quant au report du procès du fils du président de Guinée Équatoriale. Ce dernier est accusé d’avoir construit un patrimoine en France, de manière frauduleuse.

DERNIÈRE MINUTE : Le tribunal correctionnel de Paris a finalement accepté de reporter au 19 juin le procès de Teodorin Obiang. Le procès se tiendra du 19 juin au 6 juillet 2017. 

Pourquoi le report du procès est-il demandé ?

La première audience était lundi, mais Teodorin Obiang ne s’est pas présenté au tribunal. À savoir, il est jugé pour blanchiment d’abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de corruption. Le procès a été renvoyé en délibéré, car lors de cette première audience, le sujet abordé n’a pas été l’affaire en elle-même, mais la demande de renvoi formulée par la défense de Teodorin Obiang.

Différentes raisons sont avancées. La raison prépondérante est « un manque de temps pour préparer la défense », selon les avocats. De plus, les conditions ne seraient pas réunies pour que le fils du président puisse avoir un « procès équitable ».

 

 

Quels biens sont concernés ?

Il possède un patrimoine phénoménal, qui a été divulgué après l’ouverture d’une enquête, suite aux plaintes des associations Sherpa et Transparency International. Il a notamment un immeuble de l’avenue Foch, estimé à 107 millions d’euros et des voitures de luxe (Porsche, Ferrari, Bentley, Bugatti).

Dans ses appartements parisiens, les robinets sont recouverts de feuilles d’or, un hammam est à disposition ainsi qu’une salle de sport, une discothèque, un salon de coiffure ou encore une salle de cinéma. Les juges ont estimé que le patrimoine français a été construit en utilisant le résultat « des détournements de fonds publics », autrement dit de la corruption. 

Le Trésor public, une source d’argent

Selon l’un de ses défenseurs, Me Marsigny, Teodorin Obiang « a toujours dit qu’il a gagné légalement son argent dans son pays ». Le Trésor public de Guinée Équatoriale a crédité le compte personnel de celui-ci pour près de 110 millions d’euros, entre 2004 et 2011 selon les juges d’instruction.

Par ailleurs, les enquêteurs estiment qu’il avait mis en place une taxe sur le bois, dont le paiement lui était directement remis, au nom de la Somagui Forestal. Cette entreprise est chargée de l’exploitation du bois précieux, qui est l’une des principales richesses du pays.

 

 

La tâche des magistrats peut se compliquer à cause d’un élément. Le mois dernier, la Cour Internationale de justice a reconnu « provisoirement » l’aspect « diplomatique » de l’hôtel qui a été perquisitionné en 2014, à Paris. Le tribunal a donc l’occasion de se donner du temps pour examiner la portée de cette décision. S’il attend le verdict de la Cour Internationale de justice, le procès peut être reporté de 2 à 3 ans.

Il y a quelques années, Teodorin Obiang accusait la France

Dans une interview accordée en 2012, Teodorin Obiang ne ménageait pas les marques de son ressentiment vis-à-vis de la France, qu’il accuse de conspiration injuste à son encontre. Il félicitait Interpol, l’organisation internationale de police criminelle, d’avoir refusé l’ordre d’arrestation émis par un juge français.

A SUIVRE : ces grands hommes d’affaires africains qui ont décidé de faire de la politique

 

Recevez nos articles par email

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply