Succès

Le Ghana met en place un visa pour faciliter le transit des africains sur son sol

Par  | 

Le Ghana vient de célébrer à Accra, ainsi que dans les neuf régions administratives du pays, sa 59ème année d’indépendance. Une fête d’indépendance qui porte le thème «Investir dans la jeunesse pour la transformation du Ghana ». Mais le fait marquant de cette journée a été sans conteste la prise de parole du président Ghanéen, Dramani Mahama, qui a annoncé que le pays allait proposer à partir de juillet prochain un visa à l’arrivée pour tous les citoyens des 54 états membres de l’union africaine. Une bonne nouvelle donc pour les Africains qui transitent par le pays ou ceux qui comptent s’y rendre pour les vacances.

Des politiques migratoires difficiles en Afrique

Selon la Banque africaine de développement (BAD), seuls 25% des pays du continent proposent un visa à l’arrivée pour les citoyens africains. Il est d’ailleurs plus facile pour un citoyen européen ou américain de voyager librement en Afrique que pour un citoyen africain.

Selon les chiffres de la BAD, un citoyen africain a besoin d’un visa pour se rendre dans 55% des pays du continent. En comparaison, seuls 45% des États africains exigent un visa pour les ressortissants américains ou européens. Une politique restrictive qui oblige beaucoup de touristes africains à se ruiner pour voyager dans un pays voisin.

Le seul pays connu pour sa flexibilité et sa facilité en terme de politique migratoire pour les africains sont les Seychelles : quelle que soit la nationalité du voyageur ou celle des membres de famille, aucun visa n’est requis pour l’entrée dans ce pays.

Le commerce et la libre circulation des individus entre pays africains pourraient être des facteurs de croissance de l’Afrique selon de nombreux analystes, et le Ghana semble comprendre cet enjeux.

Un discours éloquent  

Lors de son discours, le président Mahama a également plaidé pour plus d’unité dans le continent et dans le même temps incité ses concitoyens à apprendre le français : la langue que partage plus de la moitié des africains.

Et pour cause, l’anglais est la langue officielle du Ghana mais les pays frontaliers du pays, à savoir la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Togo, sont majoritairement francophones. Une situation qui complique les échanges culturels et économiques. En choisissant donc une politique d’ouverture, le Ghana espère attirer plus de touristes. L’industrie du tourisme y génère actuellement 5.9% du PIB.

Cependant, le président ne s’est pas exprimé quant à une éventuelle simplification des procédures concernant le visa travail. Selon plusieurs analyses, cette situation ne tardera pas à changer car le pays n’a jamais eu autant besoin qu’aujourd’hui d’investissements sur son sol.

À SUIVRE : Ces 15 passeports africains ouvrent les portes de plus de 60 pays…sans visa.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply