Culture

L’application Tress ou quand votre smartphone devient votre coiffeuse

Par  | 

Les applications mobiles et la coiffure sont deux sujets de conversations très populaires en Afrique. Mais, vous vous demandez sûrement quel est le point commun entre ces deux éléments. Et bien la réponse c’est Tress, une application qui permet à chaque femme de tester des styles de coiffures différents avant d’évaluer le résultat de son choix grâce à un montage bluffant de réalisme sur l’écran d’un smartphone.

Tress, l’application mobile de coiffure

L’application Tress est constituée d’une plateforme sur laquelle les membres peuvent déposer des styles de coiffure qui ont retenu leur attention. Les utilisatrices qui sont intéressées par une coupe en particulier peuvent ensuite la sélectionner. C’est alors que l’application Tress entre en action en publiant un photomontage d’une superbe qualité sur l’écran du smartphone de l’utilisatrice. Cette dernière observera son visage avec le style de coiffe qu’elle vient de choisir, ce qui lui permettra de prendre la décision adaptée par rapport à ce résultat.

Tress, l’application de trois jeunes informaticiennes

L’application Tress a été créée par trois jeunes femmes originaires du Ghana et du Nigéria. Priscilla Hazel, Esther Olatunde et Cassandra Sarfo se sont rencontrées sur les bancs de la Meltwater Entrepreneurial School of Technology, la prestigieuse école de technologie située dans le quartier de East Lagon, au nord d’Accra. Les trois étudiantes en informatique se sont vite découvert des points communs parmi lesquels on peut citer leurs grandes compétences en programmation informatiques et une passion pour les coupes de cheveux.

Le plan commercial

Lancée au Nigeria, le plus important marché du secteur de la beauté en Afrique, l’application Tress a rapidement été adoptée par les coiffeurs qui s’en servent pour aider leurs clientes à choisir leur coupe de cheveux. L’Afrique de l’Ouest est la destination prioritaire de ces 3 entrepreneurs. Le Kenya et l’Afrique du Sud figurent aussi en tête de leur liste.

Le succès de Tress devrait se confirmer rapidement. Comme le précise Esther Olatunde :

« Une des principales caractéristiques des cheveux noirs, c’est leur polyvalence. On peut pratiquement tout faire avec, de sorte que mes amis et moi-même, comme beaucoup de femmes noires, nous aimons expérimenter de nouvelles coupes. Néanmoins, le manque d’informations disponibles nous frustre un peu. »

Justement, Tress est une application qui cumule les fonctions. On peut y tester des coiffures, mais on peut aussi y trouver des articles et des conseils pour prendre bien soin des cheveux.

Actuellement, Tress ne génère pas de revenus. Mais à terme, les 3 amies envisagent d’adopter le modèle économique de beaucoup de sites en ligne. L’utilisation des médias sociaux comme Instagram et Snapchat, l’insertion de liens publicitaires et le sponsoring font partie de leurs pistes de travail.

À SUIVRE : La première tablette éducative ivoirienne souhaite remplacer le contenu des cartables.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply