Sport

8 qualités de Zidane qui manquent à l’Équipe de France

Par  | 

Malgré une Coupe du Monde 2014 où l’équipe de France (EDF) a été plutôt bonne, celle-ci n’en finit pas d’alimenter des doutes. On n’y retrouve pas la flamme de la génération de 1998. Il manque surtout les qualités techniques et fédératrices d’un Zidane. Retour sur ces quelques atouts qui font de Zidane une légende.

1. Un génie

Zidane est reconnu comme étant un joueur d’exception par ses coéquipiers, mais aussi par ses adversaires. Steven Gerrard, le prestigieux capitaine de l’équipe d’Angleterre déclare :

« Je reste un inconditionnel de Zinedine Zidane. Il a été le meilleur joueur du monde et le meilleur joueur de sa génération. »

Aujourd’hui, on ne voit pas quel est le joueur français doté de ce génie.

2. Une technique parfaite

Ce génie, Zidane le doit à une technique parfaite qui lui a permis de jouer des deux pieds. Il peut amortir une longue balle aérienne du bout du pied, rompre sa course d’un crochet instantané et surtout enchaîner « les roulettes », au grand désespoir des défenseurs qui doivent le stopper.

« C’est simple, Zidane, on ne peut pas le marquer. Le jour où il est bien physiquement, je ne peux pas l’arrêter. » (Gennaro Gattuso, équipe d’Italie)

3. Le chouchou du public

source

Recevez nos articles par email. Déjà 50,000 inscrits !

source

Zidane est une personne qui attire la sympathie et le respect. Pendant de nombreuses années, il a été nommé personnalité préférée des Français (enquête l’IFOP-le Journal du Dimanche). Même quand il a écopé d’un carton rouge en finale de la Coupe du Monde de 2006, son nom est resté dans le groupe de tête. Les gens aiment ce champion qui ne fait pas partie des « peoples ». Les médias ne parlent de lui qu’à propos de son activité footballistique. L’actualité de certains joueurs actuels est aux antipodes de ce principe.

4. Le fédérateur

Les rares fois où Zidane s’exprime à la télé, on découvre un champion humble et tranquille. Même quand le rôle de capitaine est assumé par Didier Deschamps ou par Laurent Blanc, Zizou en a souvent été l’âme et le moteur. Quel est le joueur français qui peut aujourd’hui avoir autant d’ascendant sur l’équipe nationale ?

5. Un meneur de jeu

C’est lors de son passage à la Juventus de Turin (1996-2001) que Zidane assoit son profil de meneur de jeu. Placé au centre du jeu, c’est un chef d’orchestre qui joue une partition d’une précision impeccable. C’est un n° 10 à l’ancienne, très impliqué avec sa défense, il construit de magnifiques phases offensives. Il joue haut et distribue des balles somptueuses aux buteurs.

6. L’adaptabilité

Capable de jouer des deux pieds, Zidane peut aussi jouer et briller à différents postes. À Cannes (1988-1992), Jean Fernandez le positionne en attaquant. À Bordeaux (1992-1996), Rolland Courbis l’utilise comme milieu de terrain gauche. En réalité, en dehors de l’EDF où il a occupé le centre de l’équipe, Zidane a porté les numéros 11, 7 ou 5 et très rarement le n° 10. Il a occupé tous ces postes avec brio que ce soit à Turin ou à Madrid. Quel joueur français actuel peut se prévaloir de cette adaptabilité ?

7. L’envie de vaincre

Déterminé, jamais abattu, Zidane a toujours représenté l’esprit de la victoire. Son retour en équipe de France en 2006 confirme sa capacité à insuffler cette envie de gagner qui l’habite. Et même si la France ne remporte pas la Coupe du Monde 2006, les journalistes du monde entier admirent cette volonté qui anime un joueur capable de conduire son équipe jusqu’en finale.

8. Le joueur décisif

La différence entre les bons joueurs de l’EDF d’aujourd’hui et Zidane, c’est le poids que ce dernier a fait peser lors des matchs déterminants. Beaucoup de joueurs actuels font de très bons matchs dans les championnats nationaux, en Italie, en Angleterre ou en Espagne, et notamment en marquant de superbes buts dans certains matchs internationaux. Zidane quant à lui a cette capacité à marquer le but décisif dans des matchs capitaux ou bien de faire la passe qui amène le but immanquable.

À SUIVRE : Quand il avait 6 ans, on le surnommait “le futur Zidane”. Aujourd’hui il en a 12. Parcours d’un prodige.

Recevez nos articles par email

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply