Actualités

Une partie du Cameroun est privée d’accès à Internet depuis près d’un mois

Par  | 

Un Expert des Nations Unis a qualifié de “violation de liberté d’expression” la décision du Gouvernement du Cameroun de couper Internet dans les régions anglophones du pays.

David Kaye, le Rapporteur spécial des Nations unies pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’ opinion et d’expression, s’est dit particulièrement inquiet de l’atteinte au droit fondamental de liberté d’expression au Cameroun, et a appelé le Gouvernement du Cameroun à restorer Internet au plus vite.

Plus d’internet depuis un mois

Cela fait depuis le 17 Janvier 2017 que les Camerounais vivant dans les zones Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun n’ont plus accès à Internet. Cette coupure répondrait aux manifestations contre la politique du gouvernement qui, selon les activistes, vise à marginaliser la population anglophone du pays.

Le Cameroun a deux langues officielles : le français et l’anglais. Mais les anglophones font l’objet de discrimination et de marginalisation. Ils dénoncent aussi le fait que la majorité des textes de loi et des procédures judiciaires sont en français.

Aujourd’hui, avec le hashtag #BringBackOurInternet, ils dénoncent la censure organisée par le gouvernement camerounais qui aurait coupé Internet dans les régions anglophones du Cameroun depuis plus d’un mois.

Pour le rapporteur spécial des Nations Unies, il s’agit là d’une violation du droit international en vertu d’une lois portant sur la dissémination de l’information et la coupure de l’accès à Internet.

A lire également : A 17 ans, il est le premier africain vainqueur d’une compétition de programmation organisée par Google

 

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login