Santé

Polygamie en Afrique de l’ouest : entre illégalité et impasse culturelle

En Afrique, en ces temps modernes pendant lesquels les luttes pour la liberté et l’égalité des femmes battent leur plein, un fait de société presque aussi vieux que l’humanité perdure avec force : la polygamie. Si sur la plupart des autres continents, le phénomène devient progressivement un vieux souvenir, il est encore bien vivant en Afrique. Et plus encore dans sa région occidentale où le phénomène est toujours un drôle de mélange entre illégalité et impasse culturelle.

Les origines

Quelques siècles en arrière, la polygamie en Afrique était une « douce nécessité ». Sur un continent essentiellement agraire et alors dépourvu de machines modernes, une main d’œuvre en nombre était nécessaire. La « solution » de cette époque pour les hommes possédant des terres était de procréer, encore et encore, afin d’avoir des bras pour travailler sur les champs à cultiver. Dans cette optique, avoir plusieurs épouses et leur faire des enfants leur permettait de se constituer cette main d’œuvre. Malgré une réalité économique différente, la polygamie reste un phénomène d’actualité. Pourquoi une telle survivance ?

Des mentalités rétrogrades

« Mon père avait trois femmes. J’ai le devoir, en bon et digne fils, de faire mieux que lui. Voilà pourquoi je me suis marié à quatre femmes. J’ai la paix et je suis heureux », Antoine, commerçant de Cotonou.

Beaucoup d’autres hommes tiennent un raisonnement analogue à celui d’Antoine. Se basant sur les expériences de leurs parents qu’ils essayent de répliquer, et souvent de dépasser, ils « collectionnent » les femmes et font des enfants qu’ils nourrissent à grand-peine. Ils les laissent d’ailleurs bien souvent à la charge de leurs épouses.

D’autres hommes encore tirent une certaine fierté de leur polygamie, avec des propos tels que :

« Je nourris trois bouches, trois femmes et une dizaine d’enfants. Il faut être un véritable homme pour supporter de telles charges. »

Des conséquences dévastatrices

Les conséquences de la polygamie sur l’équilibre des familles sont aujourd’hui dévastatrices. Au premier rang, figure la jalousie. Les femmes modernes ne supportent pas l’idée d’avoir des coépouses. Et si le mari amène une nouvelle femme, bagarres et cancans s’invitent en général dans la partie. Le tissu familial se fragilise alors, et la confiance et l’harmonie s’estompent. Voir au sein d’une famille les enfants de la même mère se solidariser et créer un petit clan est assez courant, les clans s’opposent, bien évidemment.

Des efforts gouvernementaux vains

Les gouvernements des nations africaines font de leur mieux pour supprimer la polygamie afin de réduire ses effets nocifs sur la société entière. La grande majorité des pays de l’ouest africain ont ainsi promulgué des textes de loi reconnaissant légalement uniquement les mariages monogamiques célébrés devant les officiers d’état civil. Malheureusement, les habitudes coutumières résistent et mettent en difficulté les juristes quant à l’application effective des lois. Ces textes de loi ne tiennent pas compte de toutes les réalités socio-culturelles ouest-africaines. Les législateurs n’ont, par exemple, pas véritablement pris en compte les mariages coutumiers, pourtant les plus couramment célébrés. Ces textes de loi, encore récents, mériteraient en conséquence une amélioration, si jamais le but visé à terme est la résolution définitive du problème de la polygamie.

source

Recevez nos articles par email. Déjà 50,000 inscrits !

source

À SUIVRE : La non-scolarisation des filles : une plaie pour l’Afrique de l’Ouest.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply