Culture

Franko : l’artiste camerounais qui monte !

Jusqu’en septembre 2015, il est encore tapi dans l’ombre. Sa célébrité ne dépasse pas sa ville ou son pays. Mais, depuis un peu plus de trois mois, il a sorti un titre qui fait bouger jeunes et vieux de toutes les boîtes de nuit africaines. Son nom : Kenguè Franck Junior alias Franko. Cela ne vous dit peut-être rien. Et « Coller la petite », ça vous dit ?

Franck Kenguè Junior, de la gestion à la chanson

Franck a vu le jour en 1987 à Akwa, un des quartiers populaires de Douala, la capitale camerounaise. Après ses études primaires et secondaires qu’il a terminées dans un internat, Franck a intégré l’Institut Supérieur de Gestion des affaires du Cameroun où il obtient un Brevet de Technicien Supérieur en management. C’est au terme de cette formation qu’il décide de s’investir dans la musique, un choix pas si mauvais si l’on s’en tient au succès qu’il connait depuis quelques mois.

{adinserter CNP5}

Franko, un talent tombé du ciel ?

Franko n’est pas – comme beaucoup peuvent le penser – un talent tombé des nues. Il a même appartenu au Babylone Squad, un groupe de rap camerounais. Avant « Coller la petite », le morceau qui l’a rendu célèbre, il a sorti un premier album intitulé « C’est le rap que tu veux voir ? ». Ce n’était, hélas, qu’un album de plus dans la musico-sphère camerounaise.

« Au début, les gens n’étaient pas fans de ma musique, ils me trouvaient un peu trop cru », a-t-il lui-même avoué au sujet de cet album.

Le titre le plus écouté de l’album n’a cumulé “que” 142 000 vues sur YouTube. Il a tout de même permis à l’artiste d’être nominé au Canal 2’OR.

« Coller la petite » : l’ascension de la star nouvelle

Deux mois seulement après la sortie de ce qu’il convient désormais de classer parmi les hits africains, Franko est sorti de son néant fondamental pour devenir une véritable star continentale. De Douala à Dakar en passant par Lagos, Cotonou, Lomé, Accra, il fait danser les gens chez eux et dans les clubs. La vidéo officielle postée sur YouTube cumule près de 10 millions de vues trois mois après sa publication. Bonne continuation à l’artiste !

« Mes amis m’ont dit : Franko, ton son, c’est la mort »

Regardez la vidéo officielle ci-dessous :

À SUIVRE : Un rossignol béninois nommé Angélique Kidjo.

Recevez nos articles par email


You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply