Actualités

Afrique du Sud : l’ANC a fêté 105 ans d’existence

Par  | 

Créé en 1912 l’ANC a connu 3 présidents : le légendaire Nelson Mandela, Thabo Mbeki et l’actuel, Jacob Zuma. Les premières élections démocratiques faisant suite à la fin officielle de l’apartheid, ont été remportées par l’ANC et Nelson Mandela en 1994.

Le parti au pouvoir de l’Afrique du Sud, l’ANC (Congrès National Africain), a célébré ses 105 ans à Soweto. Une opportunité pour le président Jacob Zuma de donner sa tactique politique pour 2017.

L’ANC, un parti contre les discriminations

Le parti a été créé lors de la discrimination raciale. Il ciblait les natifs du pays victimes des pires discriminations, dans les mines particulièrement. De base, le parti était formé par un groupe de chefs, qui représentaient des villages et des églises. Le but principal était d’unir les africains, de leur inculquer l’aspect de la prise en charge, afin de devenir le moteur d’un changement politique, social et économique. Créé en 1912 l’ANC a connu 3 présidents : le légendaire Nelson Mandela, Thabo Mbeki et l’actuel, Jacob Zuma. Les premières élections démocratiques faisant suite à la fin officielle de l’apartheid, ont été remportées par l’ANC et Nelson Mandela en 1994.

L’ANC est mal en point

Outre la présence de pluie, des milliers de partisans de l’ANC ont fait le déplacement en provenance de tous les coins d’Afrique du Sud. Bien qu’il ait été question de célébrer l’anniversaire de leur formation politique, certains partisans croient que le parti gardera son pouvoir pendant encore longtemps. Cependant, d’autres estiment qu’il est nécessaire de changer de leadership. Une partie des vétérans du parti ainsi que des ministres sont d’ailleurs de cet avis. Des militants constatent que la base est solide alors que des guerres éclatent au sommet du parti.

Il faut dire que le parti politique est en train de vivre une crise des plus graves. Notamment à cause des scandales de corruption impliquant son président (780 chefs d’inculpation pour fraude et corruption). Il y a eu par ailleurs de nombreux appels aux réformes et à un changement de l’élite dirigeante. Le parti avait, entre autres, enregistré une très forte baisse dans les urnes, lors des élections municipales d’août dernier.

Déchirement au sein du parti

Les prochaines élections présidentielles montrent les discordes qui persistent au sein du groupe politique. La centrale syndicale Cosatu, soutient la candidature du vice-président de l’ANC, Cyril Ramaphosa. A l’inverse, la ligue des femmes de l’ANC soutient la candidature de Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine et ex-femme de l’actuel président. Elle a gardé de bonnes relations avec son ancien mari Jacob Zuma, et fait partie des prétendants très sérieux à la succession de ce dernier.

Recevez nos articles par email. Déjà 50,000 inscrits !

Le parti doit choisir son nouveau chef de parti en décembre prochain. Celui-ci sera également le représentant de l’ANC aux prochaines élections présidentielles de 2019, et tentera de succéder à Jacob Zuma. Le tout dans une ambiance complexe où l’autorité morale est abîmée, et risque de s’affaiblir à cause des divisions internes.

Recevez nos articles par email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *